Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Gambetta Immobilier, Agence immobilière PARIS 75020

L'actualité de CENTURY 21 Gambetta Immobilier

La nécessité d’une caution bancaire pour l’obtention d’un prêt.

Publiée le 02/12/2015

L’exigence d’une caution pour accorder un prêt immobilier peut freiner le désir de devenir propriétaire, particulièrement chez les primo-accédants. Évidemment, l’emprunteur conserve la possibilité de tenter sa chance auprès de banques moins exigeantes mais il y a de fortes probabilités que la question se pose de manière identique.

Deux types de cautionnement.
Cette garantie rassure l’organisme prêteur puisque la personne qui s’engage à cautionner l’emprunteur remboursera à la place de celui-ci s’il venait à manquer à ses obligations. Un garant qui devra se montrer attentif au moment de signifier son accord car il existe plusieurs types de contrats qui l’engagent plus ou moins. Ainsi, dans le cas d’un cautionnement simple, l’organisme prêteur ne peut se retourner contre le garant qu’après avoir poursuivi judiciairement l’emprunteur. En revanche, dans le cas d’une caution solidaire, les deux parties devront répondre concomitamment aux demandes de la banque dès la première défaillance.

Des banques pointilleuses.
Toute personne majeure peut être caution si elle n’est pas sous tutelle ou curatelle. Mais, ce que l’on sait moins, c’est qu’une personne morale (une entreprise par exemple) peut également garantir un particulier. Par ailleurs, il appartient à l’organisme prêteur de s’assurer de la solvabilité de la caution, faute de quoi il ne saurait se retourner contre elle en cas d’impayé. Ce qui explique que les banques se montrent pointilleuses envers les personnes garantes. De la même façon, celles-ci doivent informer les deux parties dès le premier retard de paiement ; si ça n’est pas le cas,   elles ne pourraient réclamer les intérêts couvrant la période de cette première défaillance jusqu’à la date réelle d’information.

Pour en savoir davantage, cliquez ici.

Notre actualité